Transport et data Maas

Le 07/05/2020

Combien d'applications mobile accompagnent vos déplacements ? Moins de trois ? Entre quatre et sept ? Plus de huit ? Chez Neptune Media on en a comptabilisé plus de 15.

 

  • Plan, calcul d’itinéraires et stationnement ;
  • Accès aux vélos, trottinettes, scooters en libre-service ;
  • Location de voitures ;
  • Plateforme de covoiturage, autopartage ;
  • Services de transport : taxi, train, avion, métro, etc. ;

 

L’offre de service, pour faciliter les déplacements, est donc vaste. Mais les opérateurs, à l’origine de ces services, vont être obligés de transmettre leurs données aux communes, pour recevoir en contrepartie l’autorisation d’occuper l’espace public.

 

Mettre en commun ces données apporte un réel bénéfice : une meilleure circulation. La promesse d’améliorer notre expérience utilisateur et d’optimiser l’exploitation de l’espace public (géré avec le fruit de nos impôts) est donc louable. Ce nouveau concept unique de Mobility As A Service (MAAS) est rendu possible par deux leviers, la data et le digital.

 

L'expérience finlandaise

C’est la start-up Finlandaise, Whim, qui a lancé en décembre 2017 à Helsinki l’une des premières offres de « Mobility As A Service ».

 

L’application offre la possibilité d'emprunter bus, tramways, trains locaux, vélos en libre-service, taxis et voitures de location avec au choix un paiement à l'acte ou avec des forfaits mensuels allant de 49 euros à 499 euros. Whim compte plus de 85.000 utilisateurs enregistrés (environ 10 % d'abonnés à un forfait) et plus de 3,5 millions de trajets effectués en quinze mois.

 

Selon une étude* d'impact publiée fin mars, les utilisateurs de Whim font 73 % de leurs trajets en transports publics, contre 48 % des trajets pour la population moyenne. 42 % des trajets de vélos effectués avec Whim sont combinés avec du transport en commun.

 

Sur notre territoire une Loi d’orientation des mobilités (LOM) est en cours de mise en œuvre et prévoit d’obliger tous les acteurs privés d’ouvrir leurs accès (et donc leurs données) aux autorités pour protéger les transports publics. Ici encore, la data et la gestion des comptes clients sont les enjeux principaux qui peuvent freiner des initiatives porteuses de fortes améliorations pour les utilisateurs.

 

(Source : rapport « Whimpact 2018 », Rampol / extrait de l’article de Benoît Georges publié dans Les Echos)