La data, l’outil de management des sportifs

Le 07/07/2020

L’analyse de données est au cœur des enjeux du monde du sport. Les résultats, les scores, les actions constituent une gigantesque base de données. Dans leur quête à la performance, les clubs, les entraîneurs, les sportifs n’hésitent pas à y recourir. La data est devenue un outil d’aide à la décision dans le management sportif.

Voici quelques exemples :

  • La data pour améliorer les performances des sportifs

Avant, pour s’entrainer ou créer des réflexes, ou pendant, pour ajuster sa stratégie.

Le premier usage de la data dans le sport est de permettre de progresser. A l’entraînement, en suivant les performances, il est plus facile pour un sportif et un coach d’adapter le programme d’entraînement et de suivre les évolutions.

Pour un entraîneur connaître la manière dont ses sportifs jouent, se déplacent sur un terrain, connaître la vitesse de ses joueurs, leurs performances, permet de choisir une tactique de jeu adaptée. Analyser les statistiques des individus est aussi un moyen d’analyser son adversaire. La stratégie choisie peut alors prendre en compte l’analyse des données de son équipe et de ses adversaires. C’est le second usage, le plus répandu, de l’utilisation de la data.

Cela peut se faire en direct. On le voit, par exemple, dans les compétitions de Formule 1. Les équipes s’adaptent en temps réel. Un grand nombre de données est enregistré, calculé entre deux courses de Formule 1. Les ingénieurs imaginent des scenarii en fonction de l’analyse des données. Un plan A et un plan B sont toujours prévus. Les données sont précieuses, quelques degrés sur les pneus et c’est la première place qui peut être manquée. La formule 1 a donc adopté une conduite « Data Driven ».

 

  • La data pour recruter le sportif de haut niveau

C’est donc en se basant sur les statistiques qu’un entraîneur peut plus facilement prendre une décision, car il aura en tête la probabilité qu’un événement puisse se produire. Data et prédictivité en sport sont alors possibles. Et, il n’y a qu’un pas à imaginer que la data puisse servir au recrutement des sportifs. C’est le cas en NBA et dans d’autres sports. Le meilleur joueur n’est pas celui qui marque le plus de points. Ses statistiques pourront aussi montrer sa régularité ou d’autres points importants. Peuvent aussi être ajoutées des données comportementales, des perspectives d’évolution selon les performances, l’âge, qui permettront, par exemple de se projeter sur l’achat d’un joueur.

 

  • La data des sportifs amateurs : un business à part entière

Dans un monde où l’utilisation du numérique ne cesse de se développer, les sportifs en herbe se sont eux aussi attachés à suivre leur performance.

Les applications de coaching et de suivi se sont multipliées. L’objectif principal est le même que pour les sportifs professionnels. Suivre ses scores et s’améliorer.

Les organisateurs d’événements sportifs grand public, ont eux aussi, profité de cet engouement et proposé d’intégrer la data à leurs offres. Par exemple, participer à un marathon et suivre ses performances est désormais possible. Temps de course, trajectoire, vitesse, les résultats peuvent être partagés sur les réseaux sociaux ou sur des applications dédiées. Certains spécialistes proposent de retrouver les statistiques d’une année à l’autre. Parfois, ils vont même plus loin : tout en respectant les règles de la CNIL et du RGPD, ils proposent la location de leurs fichiers de clients. Un double business BtoB et BtoC est créé.

 

 

Athlète confirmé ou sportif du dimanche, l’analyse de données est devenue indispensable pour améliorer ses performances. Au fur et à mesure, la data dans le sport est devenue un vrai levier de business.

Avec des bases comme Profilia, il est possible de rentrer en contact avec des prospects ayant un intérêt marqué pour le sport.